Duffle coat

En Duffle coat, James Crowden, membre de l’équipe d’aviron de l’Université de Cambridge en préparation en vue de la Boat Race de 1952. Photo prise le 22 mars de la même année par John Chillingworth, avec Midsummer Common à l’arrière plan.

Le Duffle coat est un manteau qui est loin de faire l’unanimité dans la ‘communauté’ des adeptes du vêtement masculin classique. Notamment décrié par le Chouan des Villes, pour qui il est inapproprié passé vingt-cinq ans, ou James Darwen qui ne voit en lui qu’une relique de la second Guerre Mondiale, une vulgaire pièce de surplus militaire, un peu comme si l’on mettait de nos jours un anorak de l’armée de terre. Un manteau qui serait, selon les clichés, uniquement porté par des étudiants marxistes fauchés. C’est pourtant un atour qui ne manque pas de praticité…et de charme. S’il a effectivement été popularisé durant la deuxième Guerre, notamment lorsque le maréchal Montgomery en arbora (ce qui lui valu le surnom de « Monty coat »), il aurait des racines plus anciennes à chercher des marins de la Royal Navy dès la deuxième moitié du XIXème siècle.

Du fait de ses nombreuses caractéristiques utilitaires, comme ses poches boîte-aux-lettres, sa capuche, sa laine épaisse et procurant chaleur, confort et imperméabilité, un col relativement haut permettant d’isoler le cou à l’aide d’une écharpe, le Duffle coat est un excellent compagnon en de nombreuses circonstances. La première est la voile ou le yachting en passant par la promenade en bord de mer : ainsi, l’origine marine sera mise à l’honneur. Puis viennent toutes les autres occasions sportives comme la bicyclette, la marche à pieds, mais aussi lors d’autres activités, comme une séance de croquis dans un parc… Il est tout à faire cohérent de le porter en dessus d’un blazer, chemise et cravate club (ou col roulé), ou un polo à manches longues par exemple. Son épaisseur lui permet de réchauffer le corps après une séance de course à pieds, de tennis, d’escrime, ou comme ici, d’aviron…et ce même s’il pleut. Ce qui est fort utile en ce moment, vous en conviendrez.

Je vous souhaite une très bonne fin de semaine.