Étiquettes

, , , , , , ,

© Le Paradigme de l’Elegance

© Le Paradigme de l’Elegance

© Le Paradigme de l’Elegance

© Le Paradigme de l’Elegance

© Le Paradigme de l’Elegance

_

Cette semaine, j’avais à coeur de proposer une possible solution au costume de ville. Vous avez sûrement dû vous en rendre compte si vous me suivez depuis plus d’un an : je parle très rarement de ce dernier, lui préférant des mises sport, à porter en week-end ou à la campagne. Mes activités expliquent cette préférence, de même que mon aversion pour ce que représente le business suit.

Force est de constater que le costume de ville est aujourd’hui devenu une convention, un uniforme, dans lequel certaines professions doivent se glisser sans mot dire. Cet habit se doit également d’être arboré lors d’entretiens d’embauche, sous peine de passer pour un original. L’immense majorité d’entre nous ne pouvant se passer d’un travail, vous trouverez donc dans ce billet une proposition de mise pour réussir cet exercice avec discrétion et respect des conventions, tout en ne faisant aucun compromis sur l’esthétique globale.

La mise en question est composée d’un costume en serge de laine à cran aigu bleu marine à deux boutons, une paire de richelieus Balmoral et fines brogues noirs (si les italiens aiment porter des souliers bruns avec des costumes bleus, c’est une hérésie pour l’école anglaise ; il vaut donc mieux, dans le contexte d’une entreprise, respecter les conventions et arborer des souliers noirs -à boucle ou richelieus, mais pas de derbys, bien entendu), des mis-bas en laine bleu marine (pour la discrétion, évitez les chaussettes rouges ou lilas tant vantées par les « esthètes »), une chemise à fines rayures bleu ciel et col classique, une cravate framboise agrémentée de petits cercles bleus et blancs, et une pochette bleu marine à motif floraux verts, jaune, bleus et bordeaux.

Les motifs sont ici très discrets : les rayures de couleur pastel et les motifs de la cravate sont peu visibles à quelques mètres de distance, tandis que la pochette, partageant sa couleur dominante avec le costume, se fond en quelque sorte dans la masse. Nous avons donc une mise qui, globalement, n’attire pas l’œil et qui respecte en tous points les conventions de l’Histoire du vêtement, et celles des entreprises.

Notez également la présence d’une pince à cravate en or et nacre. Ne portez de pince à cravate dans l’unique cas où votre cravate file à l’anglaise, et que vous souhaitez la tenir ; ne la portez pas pour rendre votre mise davantage formelle. Cette dernière acceptation est, de mon point de vue, erronée.

Enfin, vous aurez sûrement remarqué la présence d’un Fedora gris anthracite. Le Fedora, avec le Pork Pie ou le Homburg, est un chapeau de ville. Il doit donc se porter avec un costume de ville, lui aussi. N’utilisez votre feutre dans le seul but de protéger votre crâne de la pluie ou du froid (comme c’est le cas en ce moment), mais pas pour vous donner un quelconque style ou apparence. L’élégance, c’est aussi et surtout la cohérence.

Je vous souhaite un excellent week-end.