Étiquettes

Crédit : Scott Schuman

Cette semaine, c’est une pratique quelque peu abandonnée par les élégants : la bicyclette. Et pour cause, les obstacles à sa pratique sont nombreux. Le mauvais temps, tout d’abord. S’il est possible de se vêtir chaudement lorsqu’il fait froid, il est bien moins aisé de se protéger efficacement lorsqu’il pleut. Si la tête peut être protégée par un chapeau ou une casquette de tweed, et le torse par un imperméable de type Mac ou trench coat, il est bien plus hardu d’empêcher ses jambes de se mouiller, surtout lorsque la pluie est drue. Mais le crachin passe encore et peut meme etre agréable. Puis, c’est la possibilité de se salir par la faute de la graisse lubrifiant la chaîne motrice, ce qui est particulièrement dévastateur sur les pantalons clairs, tel qu’un chino beige que l’on voudrait volontier arborer en pédalant lorsque les beaux jours commencent à poindre. Enfin, les bas de pantalons sont susceptibles d’être quelque peu ballotés en pédalant, la chaîne risquant alors de les aggriper.

Mais la vraie raison, concernant les villes, est sûrement la dangerosité routiere pour un cycliste dû a la forte circulation automobile, parallèlement au développement des transports en commun. La promiscuité qui découle de ces derniers, de même que l’allure générale que confère la bicyclette à un élégant ou le plaisir a conduire cette dernière sont autant d’arguments en faveur a sa réadoption.

Si la bicyclette peut etre très utile en ville, le plaisir de pedaler est toutefois reduit. C’est l’inverse pour la campagne, ou les distances sont généralement plus grandes. Il servira alors pour de belles balades estivales, avec un panama vissé sur la tête.

À mes yeux cependant, seules les anciennes bicyclettes ont l’allure suffisante pour s’accomoder avec une mise élégante. Les velos modernes, des VTT pour la plupart, sont certes très pratiques pour dévaler des pentes caillouteuses a toute allure, mais pas pour une pratique décontractée. Sans compter qu’ils ont un air futuriste et sont trop fonctionnels, ce qui leur fait perde leur charme. Ce dernier atteint son paroxysme dans les bicyclettes des années 30 a 50, grandes et aeriennes. Les brocantes physiques comme en ligne permettent d’en dénicher de belles !

Je vous souhaite un excellent week-end.