Étiquettes

, , , ,

Crédit : Luca Rubinacci, http://www.marianorubinacci.net/club/

Crédit : Luca Rubinacci, http://www.marianorubinacci.net/club/

Crédit : Luca Rubinacci, http://www.marianorubinacci.net/club/

Cette semaine, je vous propose une pratique vestimentaire trop peu répandue : le port de la double pochette. Rares sont les élégants qui y pensent. C’est pourtant, en apparence, chose relativement aisée, puisqu’il suffit tout simplement de disposer de deux pochettes. En apparence seulement : si une seule pochette est généralement très facile à accorder, une deuxième peut grandement mettre en péril l’équilibre délicat des différents motifs présents sur la mise. D’autre part, si seules deux pochettes trônent fièrement sur votre poche poitrine, il faut bien sûr en disposer bien plus que deux. En effet, il vous en faudra un très grand choix en terme de couleurs et de motifs avant de pouvoir prétendre dresser votre poche poitrine sans faute de goût. Rappelons qu’en général, deux motifs ne peuvent se marier qu’à condition d’être d’échelles différentes. Notons également que les pochettes arborées ici sont en soie. Cette matière aérienne est vraisemblablement la seule techniquement permettant de loger deux mouchoirs dans sa poche poitrine sans créer de vilaine proéminence. Ce n’est en effet généralement pas le cas concernant les pochettes de coton ou de lin.

Les deux premières photos précédemment présentées mettent en scène Mariano Rubinacci, et la troisième son fils, Luca. Mondialement connus, ces deux très élégants messieurs sont tous deux tailleurs à Naples dans l’entreprise familiale. Leurs styles sont bien différents, classique pour le père et extrêmement original pour le fils. Le très bon blog Merci Milord suit de près les évolutions stylistiques et les savantes extravagances de ce dernier. Ceci vous permettra de vous faire une idée, car les trois clichés présentés ici ne rendent pas bien compte de ces différences. Mais ce qui est important de noter est qu’arborer une double pochette ne se cantonne pas aux avant-gardistes. Cette pratique ne peut d’ailleurs même pas être qualifiée d’entorse sartoriale. En effet, elle est originale non pas au sens où elle est excentrique ou farfelue, mais au sens ou elle est peut courante.

Arborer deux mouchoirs dans sa poche poitrine est donc un parti pris que l’on peut considérer lorsqu’on compose sa mise. Tous les éléments de style et entorses sartoriales doivent cependant faire l’objet d’une réflexion éminemment personnelle. Inutile, donc, d’arborer deux pochettes si cela est vide de sens, et que cela n’apporte objectivement rien à votre mise. Les partis pris, auxquels j’avais consacré une réflexion il y a quelques temps, ne doivent surtout pas être choisis à la légère, de manière aveugle et grégaire, sous peine de passer du paradigme de l’élégance à celui de la mode.

Excellent week-end à vous.