Étiquettes

, , , ,

Après avoir plaidé il y a quelques mois pour le rasage au coupe-chou, à l’aide d’un savon à barbe et d’un blaireau, je vous parlerai aujourd’hui de l’avant et de l’après-rasage, toujours dans l’optique de créer un moment privilégié, d’élégance et de bien-être.

_

Que faire avant de se raser ?

Soyez tout d’abord sûr d’avoir une demi-heure devant vous, afin de ne pas être dérangé, mais surtout car le rituel du rasage au coupe-chou, et dans une moindre mesure au rasoir de sûreté, cesse d’être une plaisante expérience lorsqu’il est effectué à la va-vite. La seconde chose est facultative, mais ô combien importante : il s’agit de faire jouer un morceau de jazz ou de classique afin de vous détendre et d’ajouter aux notes olfactives un soupçon de notes musicales.

Afin de permettre une coupe optimale, il est presque indispensable de commencer par humidifier son visage à l’eau chaude. Ceci provoque deux effets recherchés : d’une part, les pores de la peau s’ouvrent, cette dernière est donc plus malléable, et, d’autre part, le poil se ramollit, ce qui facilite grandement la coupe. Pour se faire, plusieurs moyens sont à votre disposition. Prendre une douche est la solution la plus simple est la plus évidente : au cours de celle-ci, vous laver le visage au savon ôtera au poil la pellicule de sébum -ce qui imperméabilisait auparavant le poil- et lui permettra de s’humidifier. D’autres solutions consistent à s’appliquer un linge sur le visage en l’ayant au préalable lavé au savon pour les raison précédemment citées. Ce linge peut être une serviette, comme celles qu’utilisent les barbiers. Celle-ci doit être humide et chaude afin de remplir pleinement son office. Se détendre l’espace de quelques minutes dans une telle position est un régal absolu.

Source : Blog 'Materialiste'. Alain, Maître-Barbier à Paris

Mais, aussi petites soient-elles, prévoir une serviette a chaque rasage peut vite constituer un véritable défi logistique en terme de blanchisserie et d’étendage, sans compter le temps nécessaire pour leur préparation, et celui de la détente. Tant mieux si vous y arrivez. Mais si ce n’est pas le cas, du fait d’un manque de linge ou de temps, une autre solution existe : il s’agit de se servir d’un gant de toilette en lieu et place de la serviette. Si celui-ci présente l’avantage de la simplicité et de la rapidité, il n’est cependant pas aussi efficace que cette dernière car ne peut être posé que sur une partie restreinte du visage, ce qui n’est par conséquent pas compatible avec un repos de plusieurs minutes durant lequel la serviette peut humidifier le poil. A ce repos se substitueront des massages du visage avec ledit gant, ce qui n’est pas forcément désagréable non plus, reconnaissons le.

Chauffer la lame de son coupe-chou avant le rasage est une petite astuce qui semble améliorer l’expérience du rasage, en facilitant la coupe du poil. Il suffit de la passer sous l’eau chaude une trentaine de seconde, et de répéter l’opération lorsqu’elle se refroidit au cours du rasage. Attention cependant, appliquer une lame brûlante sur sa peau n’est pas la meilleure des idées ; il vous faudra donc trouver par tâtonnement la température idéale.

© Le Paradigme de l’Elegance

Toujours avant le rasage, certains utilisent de l’huile de rasage. Celle-ci s’applique sur le visage afin de faciliter la glisse de la lame. Cependant, je ne suis pas partisan de cette pratique : je trouve que cela encrasse à la fois le coupe-chou et le blaireau, sans apporter grand chose de plus que le savon à barbe en terme de lubrification de la peau. Mais peut-être que l’huile de rasage sied davantage à certains types de barbes ? Vous pouvez donc toujours demander un échantillon à n’importe quel fabriquant pour vous faire une idée.

_

Que faire après s’être rasé ?

La première chose à faire après avoir consciencieusement rincé et séché sa lame ainsi que son blaireau est de se mouiller le visage à l’eau fraiche, voire franchement froide. Ceci permet aux pores de la peau de se refermer, contribuant ainsi à prévenir d’éventuels points de sang. Un geste simple permet également d’éviter ces derniers : il s’agit de se passer une pierre d’alun sur le visage, dont les propriétés hémostatiques sont reconnues.

© Le Paradigme de l’Elegance

Une fois tout ceci terminé, il ne vous reste plus qu’à appliquer un baume ou une lotion après-rasage. Ceci est bien entendu facultatif, mais ne s’en servir permet de calmer le feu du rasoir, d’adoucir la peau et de la nourrir, mais surtout, si celui-ci est parfumé, de vous procurer un immense bien-être de par l’odeur qui embaumera vos narines. Il vous faudra donc chercher un baume avec peu d’alcool, qui sied votre type de peau, calme le feu du rasoir et, accessoirement, qui soit agréablement parfumé. Voici une petite sélection d’après-rasages au parfum classique et discret, aux propriétés adoucissantes, et dont le rapport qualité-prix est plutôt bon. Ils vous permettront de vous faire une idée de ce qui existe. Tout d’abord, le baume après-rasage Nivéa Hydratant, qui a un parfum plutôt basique pour un prix des plus modestes ; le N°10, de Truefitt and Hill, fleure bon la Cologne, de même que les baumes et lotions de Taylor of Old Bond Street. Enfin, j’aimerais vous conseiller le baume Colonia Assoluta d’Acqua di Parma, car c’est celui que j’utilise depuis bientôt un an. Il semble hélas que le produit ne soit plus disponible, au profit d’une nouvelle gamme appelée Barbiere, et rassemblant deux baumes différents. Je n’ai à l’heure actuelle aucune information sur la qualité de ces des baumes, et serait ravi d’avoir des retours d’expérience.

Quoi qu’il en soit, l’eau de Cologne me semble toujours être le parfum de l’élégance, de par sa discrétion et sa simplicité rafraichissante, comme je l’avais écrit dans mon billet L’élégante Cologne.

Finissons l’après-rasage par une petite controverse au sujet de l’application de la serviette chaude et humide sur le visage. Si cette pratique tombe sous le sens avant de se raser, afin d’ouvrir les pores de la peau et de ramollir les poils, sa logique s’estompe grandement si elle est pratiquée après. En effet, après s’être rasé, il vaut mieux privilégier le froid afin de resserrer les pores, ce qui évite d’indésirables saignements. Mais une telle serviette peut cependant se révéler utile, dans l’unique cas où celle-ci est appliquée après le baume. Ceci permet en effet une meilleure pénétration de ce dernier. Ceci donne donc l’ordre suivant :  rinçage du visage à l’eau froide, passage de la pierre d’alun, application du baume après-rasage, puis de la serviette chaude et humide. Précisons tout de même que cette dernière étape est la plus facultative de toutes, au regard de toutes celles énumérées ici, et n’est presque plus pratiquée que par les barbiers.

_

Pour finir, abordons une question plus générale : vaut-il mieux se raser le soir ou le matin ? Des arguments vont dans les deux sens. Le faire en se levant permet de disposer d’une peau fraiche et reposée, ainsi que d’arborer une peau nette toute la journée. Il est cependant difficile pour l’homme moderne, du fait de ses contraintes professionnelles, de se lever aux aurores afin de pouvoir se raser. Le soir permet de disposer de ce temps si rare, et donc de prendre plus de plaisir à se raser sans cette pesante contrainte temporelle. Si la peau est fragilisée par une journée intense, la nuit permettra de reposer votre visage. En revanche, une légère barbe risque de percer à partir de la mi-journée.

Ce choix du soir ou du matin relève là encore des préférences personnelles. Il en va de même concernant les étapes du rasage précédemment cités. Elles sont à peu près toutes à votre discrétion. Ce sera à vous de choisir lesquelles adopter, en fonction de votre besoin de confort lors du rasage, mais aussi de votre vision de l’instant. Se raser au coupe-chou est, comme je le disais en introduction, un véritable rituel qui, par essence, vous est propre. Il vous appartient donc de le créer. De tels rituels sont essentiels, car ce sont d’inaltérables repères et de confortables protections face au vulgaire.

Publicités