Étiquettes

, , ,

Crédit : Scott Schuman

Cette semaine, je vous propose une mise informelle qui s’intègrera à ravir dans un environnement urbain, ou sur un campus d’école -que vous soyez élève ou professeur.

Le caractère plutôt décontracté de cette mise nous est renseigné par plusieurs points. Tout d’abord, le pantalon et la veste sont dépareillés. Ce premier est en flanelle : porté sans veste correspondante, il sera informel, à l’instar de celui-ci. Ceci est accentué par le revers. En revanche, un complet de flanelle sera un business suit comme les autres, dont le port sera réservé aux frimas de l’hiver. La veste, quant à elle, est très intéressante car déstructurée : en effet, les épaules, montées selon la méthode dite spalla camicia, ne comportent aucun padding, et le plastron semble bien peu rigide, ce qui confère un caractère là aussi informel, renforcé par des poches latérales plaquées. Enfin, des Tassel Loafers de couleur burgundy viennent compléter la tenue. Ils conviennent particulièrement à une mise de style Ivy –ce type de mocassins a été inventé par l’entreprise américaine Alden dans les années 1950, et est devenu très populaire au sein des universités de la Ivy League. Il ne manque plus qu’une Rep tie pour que cette mise soit entièrement de style Ivy.

Je reste cependant sceptique quant à trois détails. Il s’agit premièrement de l’absence de pochette. Sans cette dernière, une veste est telle, pour paraphraser un célèbre gaulois, un bon repas sans fromage : triste et sans relief. Une belle pochette de soie à motifs cachemire aurait été du plus bel effet. Deuxièmement, si j’admire la maîtrise des proportions au niveau du bas du pantalon et des revers, je trouve les manches de la veste –et, par extension, celles de la chemise- bien trop longue. A la fois question d’harmonie et de praticité, il me semble qu’une manche de chemise s’arrêtant à l’os du poignet, et la manche de la veste un centimètre au dessus, sont préférables. Enfin, là aussi question de goût, un double-nœud de cravate aurait peut-être été préférable à un nœud simple, afin de mieux épouser le col italien tout en restant informel grâce à l’asymétrie.

En revanche, j’apprécie particulièrement les lunettes. Je suis adepte des formes semi-rondes : j’avais présenté il y a quelques temps une paire de lunettes de soleil comportant cette caractéristique. J’apprécie également les pinces du pantalon, ce qui est de plus en plus rare ; et, comme mentionné plus haut, la veste déstructurée.

Cette mise permet au final d’avoir un bon exemple de sobriété au niveau des couleurs et des motifs, tout en étant informel.

Je vous souhaite un très bon week-end.

Publicités