Étiquettes

, , ,

Franz Liszt

Franz Liszt jouant du piano en l'honneur de l'Empereur François-Joseph 1er d'Autriche-Hongrie, et de sa femme Elisabeth.

Cette semaine, je vous propose une inspiration sonore. Et quelle inspiration ! Il s’agit en effet d’une composition du pianiste Romantique Hongrois Franz Liszt (1811-1886). Si je décide exceptionnellement de vous parler de musique dans ce billet, c’est que ce jour marque le deux-centième anniversaire de sa naissance, et est relayé en particulier sur Radio Classique. Inutile de vous dire que cette année, beaucoup de ses compositions résonnent dans des salles de concerts et à l’occasion de festivals.

Liszt fut considéré comme le plus virtuose et talentueux pianiste de son époque, même si, évidement aucun enregistrement ne subsiste de ses performances. En revanche, ses partitions sont parvenues jusqu’à notre époque et sont toujours jouées, pour le plus grand bonheur de nos oreilles. Je ne suis cependant pas un très grand connaisseur de musique classique, que j’apprécie simplement pour sa beauté et sa pureté : je vous en parlerai donc en amateur, non pas en spécialiste. Malgré cela, je devine des mélodies fabuleusement évocatrices et complexes. Et ceci n’est pas sans rappeler, bien évidement, la poésie, mais aussi, et de manière inattendue, les gardes-temps à complications.

Franz Liszt, par ses compositions appelées Rhapsodies Hongroises, voulait mettre en lumière les sonorités de la musique Hongroise, qui est en réalité de la musique Tzigane. Quant au terme de Rhapsodie, c’est un terme Hellénique désignant les chants des poètes, tels ceux d’Homère contant l’Odyssée. C’est dit, Liszt parle à notre imaginaire : se dégage alors une atmosphère d’ailleurs, mystérieuse et sacrée. »Le génie, c’est le pouvoir de révéler Dieu à l’âme humaine » , disait Liszt. À l’aune de cette définition, ce dernier est assurément un génie qui nous offre un moment d’exception sacrée. Écoutez plutôt la composition suivante, la Rhapsodie Hongroise N°2, qui est l’une des plus connues. On discerne une certaine mélancolie, de la solennité, ainsi que de la légèreté, propres au mouvement Romantique. La composition est jouée par le pianiste Lang Lang, un spécialiste de Franz Liszt. J’espère qu’elle habillera d’élégance votre week-end, et vous apportera un peu d’espérance dans le flot continu de musiques commerciales.

Advertisements