Étiquettes

, , , , , ,

Avez-vous déjà entendu parler du relooking ? Si ce n’est pas le cas, croyez-moi, vous êtes bien chanceux.

Le relooking consiste à conseiller des personnes voulant changer d’apparence (et vu que c’est tendance, on parle de look : le vocabulaire est très important pour eux, vous le remarquerez dans les paragraphes suivants). Pour se faire, le conseiller en relooking accompagne son client dans les boutiques branchouilles et tendances de sa ville, afin qu’il lui choisisse des vêtements et des chaussures de ‘marque’ soit-disant cohérentes avec l’âge, les envies, la catégorie socio-professionnelle dudit client. Il s’agit également de conseiller en « séduction » et en « lifestyle » (sigh). Ce service est bien entendu tarifé, et est devenu une véritable poule aux œufs d’or pour leurs créateurs. Un des sites phare de relooking propose par exemple un service de ‘nouveau départ’, avec relooking complet, des ‘séminaires’ d’apparence et de séduction…pour la modique somme de 2990€. Budget achat de vêtements lors du relooking non inclus. Oui, vous avez parfaitement lu.

Ce genre d’activités me met dans un état proche du vomissement, de la colère, voire de l’apoplexie, de même que les individus qui en sont les instigateurs. J’ai du respect pour toutes les personnes qui ne suivent pas les voies de l’élégance classique, à condition qu’elles fassent preuve d’un minimum de cohérence et de fond, tant intellectuellement que vestimentairement : vous le savez, ce sont les valeurs que je défend sur ce blog. Or, ces individus à la superficialité évidente  en constituent de sérieuses menaces. Voilà qui explique mon aversion à leur égard. Mais surtout, leur renommée s’étend : il est donc grand temps qu’une voix s’élève contre ces pratiques honteuses qui renvoient une image désastreuse de l’homme et de l’élégance. Sachez en tout cas que tout ce qui est évoqué dans les paragraphes suivants a été lu sur ces sites -dont je me garde de citer le nom-, et que rien n’est inventé.

Tout d’abord, parlons de leurs pratiques vestimentaires. Il faut tout de même noter que la démarche part d’une bonne intention : conseiller des personnes n’ayant pas trop d’idées de l’élégance, ou des proportions. Mais la bonne idée s’arrête ici. En effet, les relookers cherchent le rapport « exclusivité-prix » (sic) le plus avantageux dans les vêtements qu’ils proposent à leurs clients. Quid de la qualité ? Quid de l’intemporalité de l’élégance ? Mais surtout, il est évident qu’ils cherchent à se distinguer via leurs vêtements, laissant de côté le fond au profit de la forme (« T’as vu ma nouvelle ceinture Calvin Klein en crocodile orange ! Trop d’la balle ! » ). D’une part, le seul Monsieur Klein que je connaisse, c’est Yves Klein, l’artiste. D’autre part, il me semble par ailleurs normal que la distinction se fasse non pas par l’apparence, c’est-à-dire la vacuité intellectuelle, mais par l’ouverture et la culture. Ce ne sont que ces dernières qui permettent de passer sans naufrage l’écueil de la superficialité.

Mais revenons à nos chers relookers. Ces derniers, s’ils essaient de faire croire qu’ils font preuve de discernement à l’égard des vêtements et autres accessoires, ne jurent que par les ‘grandes marques’. Là aussi, vous connaissez mon opinion sur le sujet, longuement exprimé dans mon billet ‘à vos marques‘. Je ne peux hélas pas présenter ici les photos de leurs relookings pour des raisons de droit à l’image et de licence, ce qui est bien dommage, car elles valent toutes le détour. On reconnaît, dans celles du site le plus connu à cet égard, la rue de Babylone, située derrière le Bon Marché de Paris. Ce qui signifie que tout ou partie du relooking s’est déroulé au sein de ce dernier, un Grand Magasin parisien fameux pour n’être qu’une énumération de marques, à l’exception de certains corners dédiés aux souliers. Ce qui me choque, c’est tout d’abord qu’absolument toutes les personnes relookées arborent des chaussures en cousu Blake (au mieux), ou très effrayant, avec une semelle collée et une peausserie à l’aspect plus que douteux, voire bien pire, avec des sneakers (le nom tendance pour ‘basket pseudo habillée’). Pitoyable, d’autant plus que ce genre de souliers, parce qu’ils sont ‘de marque’, sont bien plus onéreux et bien moins qualitatifs que d’autres souliers à la ligne discrète et en cousu Goodyear. Et, bien évidemment, le choix des vêtements me choque aussi, car il se fait dans le temple de l’apparence au détriment de la qualité. C’est absolument flagrant sur les clichés fièrement affichés par les sites de relooking.

_

Si c’est au bonheur des dames, c’est assurément au malheur des hommes : les mises réussissent l’exploit d’être à la fois de mauvais goût, fades, sans culture sartoriale, et surtout extraordinairement chères. C’est dire ! En effet, elles sont invariablement constituées d’une paire de jeans, d’un blouson en cuir ou autre veste ‘originale’, ou d’un costume gris clair thermocollé aux revers indigents, affublé d’une chemise au col miniature et d’une cravate ‘slim’, le tout bien évidement ‘de marque’. Ils déclarent n’avoir cure de la mode, mais ce n’est qu’une méthode Coué : la réalité en est toute autre, il suffit de visiter leurs sites pour s’en apercevoir. Mais vous n’avez pas encore lu le pire. Sur les forums de ces sites, les participants, et les responsables les premiers, qualifient ridiculement de « killer » un vêtement ou un accessoire qui « déchire tout » . Ainsi, un « killer cuir » peut être traduit en « veste en cuir de mauvaise qualité, mais très originale et très chère, alors c’est bien » . Tout ceci est extrêmement navrant, car comme mentionné précédemment, les relookers véhiculent une image falsifiée de l’élégance. Dans leurs discours, point de référence à l’histoire du vêtement ou au protocole qui régit son port. Or, ces protocoles, ces règles, doivent être connus pour pouvoir les transcender, tel Pablo Picasso accédant au Cubisme après avoir maîtrisé l’art figuratif. Ce n’est absolument pas le cas ici : leur démarche vestimentaire plus que vulgaire est donc totalement dénuée de sens.

De surcroit, les personnes fréquentant les forums des sites de relooking, souvent âgées de moins de vingt ans, manquent cruellement de recul et sont facilement influençables : ils tombent aisément dans le piège de l’immaturité vestimentaire et du mauvais goût. On leur promet de les faire changer de style en une journée, lors du relooking. Mais comment peut-on croire de pareilles balivernes ? Il faut des années pour découvrir ce qui fait un habit, des souliers de qualité, sans compter l’évolution intellectuelle que cela demande. « Donne un poisson à un homme, il mangera une journée ; Apprends-lui à pêcher, il mangera toute sa vie » , disait Confucius à l’égard de ce genre de problématiques. De plus, je trouve surprenant et irrationnel de la part des clients de ne pas réfléchir, ni se renseigner, avant de dépenser 1000€ dans un relooking.

Mais le massacre n’est point terminé, loin s’en faut. Cher lecteur, vous tombez de Charybde en Scylla ! Le vêtement n’est que la partie émergée de l’iceberg, et cache en grande partie le but qu’ils chérissent tous : séduire, car selon eux, la séduction permet de se sentir plus à l’aise dans sa vie. En fait, ce qu’il faut lire en filigrane, c’est qu’il s’agit plutôt de pouvoir coucher avec la première venue : des sections entières de forums, ainsi que des livres, y sont dédiés. Tout est orienté dans ce but. Porter des accessoires originaux ? C’est pour donner un prétexte à se faire aborder dans la rue ou en boite de nuit. Les vêtements ? Ils sont censés vous donner confiance en vous pour aller alpaguer des minettes. Comprenez-vous pourquoi je les qualifiais tantôt de personnes immatures ? Ils n’ont par ailleurs aucun égard pour la gente féminine, qu’ils considèrent comme nullement capable d’apprécier un homme intelligent, modeste et cultivé, mais qui ne sait pas se mettre en avant. Mais dans quelle époque vit-on ? De plus, ils les considèrent comme des proies qu’il faut chasser. Et les raisons qui les poussent à traquer des donzelles en boite de nuit me semblent évidentes. D’une part, la ‘musique’ (par musique, entendez plutôt « le bruit qui pourrait illustrer une crise d’épilepsie ») diffusée à tue-tête ne permet aucune communication : ceci permet de masquer leur manque de conversation. D’autre part, le fait que leurs proies soient enivrées leur permet de disposer d’un vivier à l’esprit malléable. Enfin, l’obscurité leur permet de réaliser leurs méfaits scabreux. Tout ceci est totalement malsain, animal et vulgaire.

Connaissez-vous la loi de Discothèque ? C'est très simple : le QI moyen des individus fréquentant une boite de nuit est inversement proportionnel aux décibels moyens enregistrés.

Je veux cependant éviter de me poser en chantre du puritanisme : je ne l’ai jamais été, et quoi qu’il en soit, chacun est libre d’agir comme il le souhaite. Mais je ne peux laisser passer de telles attitudes, qui constituent une déchéance de l’homme civilisé : le vêtement n’est plus porté pour signifier, ni par respect pour des codes et des traditions ancestrales, mais simplement pour paraître et pour copuler. La sexualité a, et aura  toujours une part d’animalité inconsciente, c’est évident. Mais là où les relookers cherchent à réveiller cette part, l’homme élégant et civilisé cherchera au contraire à s’affranchir de l’animal qui sommeille en lui. C’est cette quête, avec d’autres, qui garde la civilisation de la régression morale et intellectuelle.

Plus fondamentalement, je pense que cette activité de relooking s’insère malheureusement dans l’ère du temps, c’est-à-dire le paradigme de la mode : des habits jetables pour une vie jetable, avec des femmes jetables, une oisiveté intellectuelle et une cupidité à peine voilées. Nous devons nous battre contre ces valeurs !

Parmi la kyrielle de sites en relooking, c’est le plus important qui est le plus alarmant : il s’apparente à une secte. Son créateur, supplée de ses grands prêtres, est une sorte de gourou qui dicte ce qu’il faut porter ou non, la manière de se comporter et les lieux à fréquenter, sous peine d’être taxé de « looser » . Ces individus transpirent la suffisance et l’arrogance, en n’hésitant pas à humilier quiconque ne conviendrait pas à leurs valeurs. Les membres, en fidèles disciples, s’exécutent docilement en portant aux nues leurs chefs spirituels, même s’ils les prennent de haut et qu’ils leur extorquent des sommes astronomiques en relookings. Ces séides, pour la plupart des personnes normales, aux problèmes normaux, mais vulnérables sur le moment, en viennent à penser qu’ils sont des moins-que-rien en visitant le site, et qu’ils ont raté leur vie s’ils ne savent pas aborder une fille dans la rue. En effet, les gourous établissent une situation d’urgence factice qui les font paniquer, ce qui explique en grande partie cet incroyable besoin en relooking. Ils auraient très bien pu réussir leur vie si personne ne leur avait donné ce sentiment. Leur nouveau but, après cette corruption, est de changer de vie, de suivre tous les préceptes fielleusement dispensés. La plupart se transforment à leur tour en individus arrogants, ne se souciant plus que de la forme en se pavanant dans leurs nouveaux atours ‘de marque’.

Alors, si vous connaissez de telles personnes, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Fuyez les porteurs de killer sneakers.

_