Mots-clés

,

PlaidJkt

Crédit : Scott Schuman

Voici un exemple de ce à quoi peut ressembler une mise à porter en ville pour les loisirs, comme une promenade, la visite d’un musée ou la lecture d’un livre dans un parc ou un café. L’on peut même pousser jusqu’au dîner dans certains cas, et il peut être bien vu, dans certains milieux ou restaurants attachés aux traditions, de chausser des souliers noirs et non bruns.

Intéressons-nous à la mise de ce monsieur. Une mise dépareillée : pantalon de flanelle et veste trois boutons à motifs Prince de Galles. Cravate d’un bleu marine et chemise bleu ciel uni. Jusque-là, tout est cohérent avec les caractéristiques des mises de ville pour les loisirs. Trois « défauts » cependant, ou tout du moins des entorses aux règles classiques. Le plus évident : la chemise est censée accompagner une tenue décontractée. A ce titre, les poignets mousquetaire sont inappropriés. Seconde chose, la pochette est en lin blanc. Celle-ci est traditionnellement réservée aux mises laborieuses les plus habillées, voire aux mises formelles telles la veste de dîner ou celle de fumoir. Dernière chose qui aura fait frémir les puristes, bien que ce genre de détail ne me faire guère sourciller : le métal de la pince à cravate ne s’accorde pas à celui de la montre. Pour finir, parlons des souliers que nous ne pouvons voir. Ceux-ci sont certainement bruns. Des derbies sans brogues à bout droit seraient ici parfaites.

Je vous souhaite une excellente fin de semaine.

About these ads