Mots-clés

, , , , ,

Crédit : Scott Schuman

Cette semaine, je vous propose une mise sport, arborée par un homme qui avait déjà fait l’objet d’une inspiration de la semaine il y a quelques semaines. Antoine, lecteur régulier, m’avait alors informé de son nom, ainsi que de sa fonction chez Ralph Lauren. Il s’agit donc de John Wrazej, et est vice-président du département sportswear. Il fait corps avec son métier, c’est le moins que l’on puisse dire !

Commençons par décrire les détails les plus classiques de cette mise. La chemise, tout d’abord, est à carreaux Tattersall bicolores. Ce type de carreaux est très usité pour les chemises destinées à être portées lors de chasses. Il en va de même pour la cravate d’un vert british mettant en scène ce qui semblent être des Fox-terriers. Ces chiens sont très utilisés lors des chasses au renard, car leur petite stature et leur robustesse leur permettait de déloger les goupils de leur terrier, d’où leur nom. Le pantalon, un chino de couleur khaki, montre la double origine de cette mise, à la fois anglaise et américaine. En effet, bien qu’inventé par les militaires britanniques sous le nom de khakies, le chino a surtout été popularisé par l’armée américaine au lendemain de la seconde Guerre Mondiale. Ce mélange des genres ne surprend donc pas lorsqu’on sait pour qui M. Wrazej travaille.

Passons à présent aux détails plus originaux. Le pull-over, tout d’abord, est une sorte de croisement entre une chemise à button-down collar et un cardigan. On retrouve donc le col boutonné de chez Brooks Brothers. Inventé à l’origine, selon la légende, pour empêcher le col des joueurs de Polo de se rabattre sur leur figure, il fait figure de détail très sportif. Mais la laine et la coupe large, surtout aux poignets, mettent sur la piste du cardigan. Enfin, la casquette de tweed dont la visière est galbée. Ceci est de nouveau un croisement entre l’Angleterre et les États-Unis : en effet, ce type de façonnage n’est pas sans rappeler les visières des casquettes de base-ball si populaires outre-atlantique. En revanche, les Américains arborent généralement plus de 8-pieces caps que de flat-caps. C’est donc bien une casquette hybride.

Source : Lock & co Hatters. 8-pieces cap

Pour finir, je vous dois une explication sur l’absence prolongée depuis Janvier de mes propres mises dans les inspirations de la semaine. Je me vois en effet privé de ma photographe, ainsi que d’un décor décent (le précédent étant déjà à la limite de l’acceptable). Ceci devrait encore durer quelques temps, hélas !

Je vous souhaite un excellent week-end.

About these ads